Pourquoi et comment (faire) auditer ses placements financiers ?

Allocation d'actifs

Fév 06

Faitez auditer vos portefeuilles financiers

Auditer vos placements financiers vous permet de vous assurer que vos placements ne sont pas trop risqués et ne vous exposent pas à des pertes qui vous seraient insupportables. Pourquoi hésiter ?

 

Sommaire


 

Vous souhaitez être accompagné dans la gestion et le suivi
de vos placements financiers ?

contactez-moi
 

L’audit d’un portefeuille consiste à évaluer le rendement et le risque de ce portefeuille pour déterminer si

  • Le couple rendement-risque du portefeuille peut être amélioré.
  • Le couple rendement-risque du portefeuille est cohérent avec le profil de risque et les objectifs de l’investisseur.
 

Pourquoi faire auditer son portefeuille financier ?

Qu’est-ce que le couple rendement-risque ?

Lorsque vous composez votre portefeuille, vous ne devez pas uniquement vous focaliser sur le seul rendement. Il faut aussi tenir compte du risque associe à ce rendement. Ce qui importe, c’est le couple rendement-risque. Or, rendement et risque sont positivement liés. Pourquoi ? Parce que le rendement est la rémunération du risque. Les investisseurs ne sont prêts à prendre plus de risques qu’en échange d’un rendement attendu supérieur.

 
Le couple rendement-risque

source : lafinancepourtous IEFP

 

Arnaud Sylvain
votre conseiller
en investissements financiers &
courtier en assurance

contactez-moi
 

Comment déterminer le « bon » couple rendement-risque ?

Le « bon » couple rendement-risque doit satisfaire deux conditions :

  • Il doit minimiser le risque pour un rendement donné : plusieurs portefeuilles peuvent présenter le même rendement espéré. Le meilleur portefeuille sera celui ont le niveau de risque sera le plus faible. Un « bon » portefeuille est donc un portefeuille qui ne vous fait pas prendre de risques inutiles.
  • Il doit être compatible avec le profil de risque et l’horizon temporel de l’investisseur. Chaque investisseur possède sa propre sensibilité au risque et un niveau de risque à ne pas dépasser. Par ailleurs, l’horizon de placement est également une dimension à considérer. Vous n’investirez pas dans les mêmes actifs selon que vous aurez besoin de votre argent dans deux ou dix ans.
 

Pourquoi est-il important de bien choisir le couple rendement-risque de son portefeuille ?

Ce n’est pas le rendement qui est la variable qui guide la détermination du couple rendement-risque, mais le risque. Nous voulons tous le rendement le plus élevé. Ce qui nous distingue, ce sont les risques que nous sommes prêts à prendre.

En conséquence, un couple rendement risque inadapté signifie que le portefeuille est trop ou pas assez risqué par rapport au niveau acceptable.

Un portefeuille qui n’est pas assez risqué souffre d’un déficit de rendement. Cela signifie que l’investisseur aurait pu obtenir un rendement supérieur avec une prise de risque acceptable. Si cela peut sembler peut important à court terme, l’écart de rendement peut être significatif à court terme. Ainsi, alors qu’un capital double en 35 ans lorsqu’il est placé à 2 %, il double en 12 ans s’il est placé à 6 %.


Combien d'années pour doubler son capital grâce à la règle des 70 ?

La règle des 70 : 1 euro placé à 2 %, divisez 70 par 2. Votre capital double en 35 ans. 1 euros placé à 5 %, divisez 70 par 5. Votre capital double en 14 ans.


Un portefeuille qui est trop risqué est à éviter. S’il procurera un rendement plus que satisfaisant lors des phases haussières, il conduira à de pertes insupportables dans les phases baissières. Si vous ne voulez pas vous retrouver dans une situation où vos pertes dépassent ce que vous pouvez accepter, veillez donc à ajuster correctement le niveau de risque de votre portefeuille.

 

Comment auditer son portefeuille financier ?

L’audit d’un portefeuille financier s’effectue en plusieurs étapes.

La première consiste à déterminer le niveau de risque acceptable par l’investisseur. Ce niveau est généralement évalué à partir d’un questionnaire de risque. Celui-ci n’est cependant pas suffisant, Il convient également de prendre en compte l’horizon de placement et les objectifs de l’investisseur (préparer sa retraite, financer les études de ses enfants, faire fructifier un capital…).

Une fois que ce niveau de risque a été défini, le rendement maximum pouvant être atteint tout en ne dépassant pas ce niveau de risque est déterminé. Le couple rendement-risque ainsi obtenu correspond au couple cible de l’investisseur. Il offre le rendement le plus élevé tout en tenant compte des caractéristiques propres de l’investisseur.

La troisième étape est simple : il s’agit de comparer le couple rendement-risque cible de l’investisseur avec celui du portefeuille. Si l’écart est trop important, alors il conviendra de modifier la composition du portefeuille pour converger vers le couple rendement-risque cible.

Si le niveau de risque du portefeuille excède le niveau de risque acceptable, il est urgent d’intervenir pour éviter des pertes qui pourraient être insupportables. Si le niveau de risque est inférieur au niveau acceptable, deux options sont envisageables :

  • Maintenir le niveau de risque du portefeuille (inférieur à la limite acceptable) et rechercher le rendement maximum pouvant être atteint.
  • Augmenter le niveau de risque du portefeuille et converger vers le couple rendement-risque cible.

Vous pouvez réaliser cet audit vous-même, mais vous pouvez aussi solliciter un conseiller financier.

Exemple : un audit avec les outils proposés par Quantalys

Le couple rendement-risque cible d’un investisseur est défini à partir de deux questionnaires, un questionnaire de risque et un questionnaire portant sur les objectifs de l’investisseur. Après définition de la volatilité admissible, le rendement le plus élevé possible est calculé à partir de la théorie moderne du portefeuille et la frontière efficiente.

Ainsi par exemple, si la volatilité admissible est de 10 %, le rendement cible s’établira aux alentours de 5,5 %

 

Couple rendement-risque cible

 

Ce couple peut ensuite être comparé avec celui du portefeuille. Dans l’exemple ci-dessous, il apparaît clairement que le risque du contrat est nettement inférieur au risque admissible. Il est néanmoins positionné sur la frontière efficiente, ce qui indique que le couple rendement-risque du portefeuille est optimisé. (vous vous demandez comment bien choisir ses unités de compte au sein d’un contrat d’assurance vie ? découvrez le guide ultime pour bien choisir ses unités de compte)

 

Couple rendement-risque effectif

 

Par ailleurs, les outils Quantalys permettent de comparer les performances du portefeuille au portefeuille cible. Ces indications sont utiles pour décider ou non de modifier le couple rendement-risque du portefeuille. Dans l’exemple ci-dessous, qui correspond au portefeuille du graphique précédent, les indicateurs de volatilité et de perte maximale montrent que le portefeuille est bien moins risqué que le portefeuille cible. Logiquement, le rendement passé sur moyenne période (5 ans) est inférieur à la cible.

 

Indicateurs d'analyse de portefeuille financier

 

Vous souhaitez vous aussi bénéficier d’un audit de votre contrat d’assurance vie ?

 

Coût de la prestation : 39 euros

 
La Théorie Moderne de portefeuille et la frontière efficiente

La théorie Moderne de Portefeuille

 

La Théorie Moderne de Portefeuille postule que les investisseurs sont rationnels et qu’ils utilisent la diversification pour optimiser leurs portefeuilles.

  • L’investisseur rationnel préfère, à espérance de rendement égale, le portefeuille présentant le risque attendu le moins élevé.
  • Il préfère également, à risque attendu égal, le portefeuille présentant l’espérance de rendement la plus élevée.
  • l’investisseur rationnel sait qu’il doit accepter un risque supérieur pour obtenir un rendement supérieur, et il n’acceptera plus de risque qu’à la condition d’avoir une espérance de rendement supérieure.

La Théorie Moderne de Portefeuille modélise le rendement d’un actif comme une variable aléatoire, un portefeuille étant une combinaison pondérée d’actifs. Elle postule que les préférences de l’investisseur en termes de risque et de rendement peuvent être décrites par une fonction quadratique et que seuls le rendement et la volatilité attendus lui importent.

 

La frontière efficiente et ses limites

 

Les portefeuilles offrant le plus haut rendement attendu pour chaque niveau de risque forment une courbe appelée « frontière efficiente ». Tout portefeuille sur cette frontière est qualifié d’efficient car à risque constant, aucune autre combinaison n’offre une espérance de rendement supérieure et à espérance de rendement constante, aucune autre combinaison n’offre une espérance de risque inférieure.

Les données d’entrée utilisées pour construire la frontière efficiente constituent la principale faiblesse du modèle : en effet, pour alimenter les calculs, il faut spécifier des rendements attendus par classe d’actifs et cet exercice de prévision est difficile, voire aléatoire sur le court terme. La plupart des méthodes utilisent les données historiques de rendement par classe d’actifs et les ajustent en fonction des anticipations des analystes. Les différences entre les rendements attendus et les rendements réels pouvant être ponctuellement très importantes (notamment sur le court terme), l’évolution du portefeuille réel peut s’éloigner sensiblement des hypothèses utilisées. Autre faiblesse, mais moins importante, les corrélations entre les différentes classes d’actifs peuvent également différer à court terme par rapport aux moyennes historiques et bouleverser le risque du portefeuille.

Ces limitations étant posées, la frontière efficiente a pour immense mérite de fixer un cadre rigoureux à la construction de portefeuille, notamment en matière de choix d’une allocation d’actifs : différents chercheurs depuis 20 ans ont montré qu’en moyenne l’allocation d’actifs est le facteur déterminant de la performance d’un portefeuille. Les autres sources de performance (la sélection des titres et le market timing, visant à modifier l’allocation d’actifs dans le but de dépasser la performance de l’indice de l’allocation initiale) ont une contribution moyenne moins importante, voire négative selon certaines sources, à la performance du portefeuille.

Quantalys a construit deux jeux de frontière efficiente à partir d’hypothèses de rendements et de risques attendus : l’une pour les comptes-titres, l’autre pour les contrats d’assurance vie. 9 classes d’actif sont utilisées : Monétaire, Supports en euro, Obligations Europe, Obligations Monde, Actions France, Actions Europe, Actions Etats-Unis, Actions Pacifique et Actions Pays Emergents. Pour la frontière assurance vie, le support en euro se substitue au monétaire.

Ces frontières sont composées de 20 portefeuilles équidistants en risque. Les pourcentages pour chaque classe d’actif ont été arrondis et aucune classe d’actif ne présente un poids dans le portefeuille inférieur à 3 %.

Source : Quantalys