Étude de cas : comment bien gérer son contrat d’assurance vie ?

par Arnaud Sylvain | Allocation d'actifs

01 Mar 2022

Etude de cas : comment bien gérer son assurance vie ?

Découvrez en pratique comment construire une allocation d’actifs cohérente avec votre profil de risque, vos objectifs et votre horizon temporel.

Note : cet article ne saurait constituer une recommandation d’investissement.

Contexte

Monsieur L. a contacté le cabinet arnaud Sylvain à l’été 2021. Il a ouvert un contrat d’assurance vie chez un courtier en ligne et souhaite bénéficier d’une prestation de gestion conseillée.

Monsieur L. ne sait pas exactement quelle sera la somme qu’il investira sur ce contrat mais souhaite disposer d’un portefeuille adapté à sa situation.

La prestation de gestion conseillée utilise les outils de Quantalys.

Première étape : recueil des informations

Après la signature d’une lettre de mission formalisant la prestation (contenu, durée, montant), deux questionnaires sont adressés à Monsieur L. :

  • Un questionnaire pour évaluer son profil de risque
  • Un questionnaire pour identifier ses objectifs

Le traitement du premier questionnaire révèle que Monsieur L., né en 1990, présente un profil très offensif. Sa capacité à prendre des risques ainsi que sa volonté de prendre des risques sont très élevées. Son score de risque atteint ainsi 81 (sur 100). Il recherche des perspectives de rendement important et en contrepartie, il accepte des risques de fortes fluctuations et de pertes importantes sur le capital investi.

Profil d'investisseur

Dans le second questionnaire, Monsieur L. déclare que la somme investie sur son contrat d’assurance vie servira à construire un patrimoine dans le temps. L’horizon d’investissement est supérieur à 10 ans et le risque de désinvestir une part significative des sommes investies avant cette date est considéré comme faible.

Deuxième étape : détermination du couple rendement risque de référence

L’exploitation de ces informations conduit à une volatilité maximale acceptable de l’investissement de 14,6 %.

Ce niveau de volatilité correspond à un niveau de 5 voire 6 (sur 7) en termes de SRRI (Synthetic Risk and Reward Indicator, indicateur synthétique de risque et de rendement).

SRRI

Cette volatilité maximale acceptable semble néanmoins un peu élevée par rapport à certains éléments du questionnaire. Ainsi,

  • Lorsque Monsieur L. doit choisir entre 5 investissements plus ou moins risqués, il opte pour celui dont la perte maximale est de -25 %.
  • Q46 - questionnaire de risque

  • Monsieur L. déclare être vraiment inquiet à partir d’un niveau de pertes de -20 %.
  • Q47 - questionnaire de risque

Compte tenu de ces réponses, la perte maximale supportable par Monsieur L. semble se situer aux alentours de -20/-25 %. Cela correspondrait plutôt à une volatilité de l’ordre de 10 %.

Par conséquent, le couple rendement risque qui a été proposé à Monsieur L. retient une volatilité de 10 %. Le rendement attendu qui en découle est de 5,45 %.

Premier couple rendement risque

Troisième étape : construction du portefeuille

Une allocation d’actifs est ensuite déterminée pour satisfaire ce couple rendement risque. Elle se compose à 20 % de support en euros, 5 % de fonds flexibles, 10 % d’obligations et 65 % d’actions.

Premiere allocation d'actifs

Cette allocation est ensuite déclinée en fonction des fonds disponibles au sein du contrat de Monsieur L. Une simulation rétrospective du portefeuille sur les trois dernières années est par ailleurs également communiquée. Ses résultats sont cohérents avec les résultats attendus.

Même si les performances passées ne préjugent pas des performances futures, ces dernières permettent d’apprécier les performances à la lumière de différents événements.

Il apparaît ainsi que le portefeuille proposé à connu une baisse de l’ordre de -22 % en mars 2020, au moment de la forte correction des bourses liée à la pandémie de covid-19. Lors de cet événement extrême et exceptionnel, la baisse du portefeuille est bien restée dans les limites acceptables par Monsieur L. (-20/-25 %). Quant à la volatilité (environ 10 %), elle s’est établie au niveau attendu.

Par contre, le rendement annuel moyen sur les trois dernières années (+11,3 %) est lui aussi exceptionnel et ne doit pas être considéré comme la performance annuelle à attendre. Le portefeuille est construit pour un rendement attendu de 5,5 % par an.

Backtest première proposition

Quatrième étape : communication du portefeuille et ajustements éventuels

Cette proposition de portefeuille a été transmise à Monsieur L. Après examen et discussion, il en a conclu que le niveau de volatilité attendu était encore trop élevé. Il a souhaité qu’un portefeuille moins risque lui soit proposé.

Une seconde allocation reposant sur un objectif de 4,44 % de rendement annuel et de 7,72 % de volatilité a donc été construite.

Performance attendue
Cette simulation est faite avec un intervalle de confiance de 90 % et les données ne sont pas garanties. Dans 5 % des cas, la perte pourra être plus élevée que les maxima calculés, sans que le montant de cette perte soit connu.

La nouvelle allocation-ci se compose de 27 % de support en euros, 14 % de fonds flexibles, 14 % d’obligations et 45 % d’actions. À titre de comparaison, la perte maximale qui atteignait -22 % en mars 2020 a été ramenée à -17 %.

Seconde allocation d'actifs

Cette proposition a été déclinée en fonction des fonds disponibles au sein de son assurance vie.

C:\Users\Arno\Desktop\allocation du contrat.png

Cette proposition d’allocation – compatible avec son horizon de placement, son profil de risque et ses objectifs – a été acceptée par Monsieur L. et la prestation s’est achevée.

Si Monsieur L. avait opté pour un suivi de son portefeuille, il lui aurait fallu communiquer chaque moins un état de son contrat. Le cas échéant, des conseils lui auraient été apportés pour ajuster son portefeuille et coller au couple rendement risque de référence.

Vous souhaitez vous aussi bénéficier d’une allocation compatible avec votre horizon de placement, votre profil de risque et vos objectifs ? N’hésitez pas à contacter le Cabinet arnaud Sylvain.

Arnaud Sylvain, docteur en économie et titulaire d'un master en gestion de patrimoine
Arnaud Sylvain

Conseiller financier indépendant
Titulaire d'un master en gestion de patrimoine et docteur en économie.

En savoir plus