Menu

Les fonds flexibles prudents sont-ils une véritable alternative aux fonds en euros ?

Assurance-vie

Avr 17

Face à la baisse du rendement des fonds en euros, les fonds flexibles prudents constituent une alternative intéressante pour les épargnants qui disposent d’un horizon de placement éloigné et souhaitent un rendement plus élevé. A condition toutefois de choisir les bons fonds.

 

Fonds en euros : toujours plus bas

D’après l’Insee, le patrimoine net des ménages s’établissait aux alentours de 10 500 milliards d’euros en 2015. Il était constitué d’actifs immobiliers à hauteur de 61 % et d’actifs financiers pour 39 %. Au sein des actifs financiers, l’assurance-vie représente (après les livrets d’épargne) un placement privilégié. Ainsi, le patrimoine financier des ménages est investi en assurance-vie à hauteur de 1 659 milliards d’euros, dont 1 364 milliards d’euros (82 %) sur les seuls fonds en euros. Le fonds en euros est donc la star incontestée des placements financiers.

Cependant, le rendement des fonds en euros s’étiole chaque année un peu plus en raison de la baisse des rendements obligataires. Cette baisse s’est d’ailleurs accélérée ces dernières années sous l’effet de la politique monétaire non conventionnelle de la Banque Centrale Européenne. Ainsi, le rendement moyen des fonds en euros devrait approcher 1,8 % en 2016 selon Good Value for Money alors qu’il dépassait 5 % au début des années 2000 et atteignait encore 3,4 % en 2010. Si certains fonds en euros offrent encore des rendements satisfaisants (dans un contexte d’inflation faible), d’autres peinent déjà à atteindre 1 %.

 

Rendement nominal et rendement réel des fonds en euros

Rendement nominal et réel du fonds en euros

source : AFER, Ocde. Le rendement des fonds en euros correspond à celui du fonds garanti en euros de l’AFER

 

En conséquence, le fonds en euros ne constitue plus une option pertinente pour faire fructifier son patrimoine financier sur le long terme. Dès lors que l’horizon de placement est suffisamment éloigné, des unités de compte se révéleront plus rémunératrices. Cependant, la forte concentration des encours de l’assurance-vie sur les fonds en euros traduit une aversion au risque assez forte des épargnants. S’ils doivent se laisser tenter par des supports en unités de compte, il y a fort à parier que la grande majorité d’entre eux recherche des supports dont le risque reste limité. Il est peu probable qu’ils se tournent vers des fonds dont la rentabilité élevée s’accompagne d’une variabilité qui l’est tout autant.

Les fonds flexibles prudents, une alternative incontournable aux fonds en euros… en théorie

Depuis la crise de 2008 où certains fonds ont réussi à atténuer voire éviter la forte chute des marchés boursiers (Carmignac Patrimoine est parvenu à limiter sa perte à 0,58 % seulement, alors que le CAC 40 plongeait de 42 %), il existe un véritable engouement pour les fonds flexibles.

Contrairement à la gestion profilée où l’allocation d’actifs est rigide, la gestion flexible utilise une palette de différentes classes d’actifs. La gestion flexible est une méthode de gestion dans laquelle l’allocation entre les classes d’actifs (actions, obligations, devises…) est variable dans le temps pour s’adapter aux configurations de marché. On parle de fonds flexible quand le gérant peut investir de 0 à 100 % quand il le souhaite. L’allocation d’actifs varie en fonction des convictions du gérant. Ce dernier sélectionne les classes d’actifs selon leur rendement et leur risque. Les performances d’un fonds « flexible » reposent in fine sur une bonne compréhension du marché par le gérant, qui choisit les points d’entrée et de sortie des marchés en fonction de ses analyses et du timing de marché. En pratique, trois types de fonds flexibles peuvent être distingués :

  • Les fonds flexibles prudents, dont l’objectif principal consiste à limiter le risque de perte en capital. Investis principalement en obligations et en devises, leur exposition aux actions est généralement inférieure à 40 %.
  • Les fonds flexibles équilibrés, qui recherchent le meilleur équilibre entre rentabilité et risque. L’exposition aux actions est comprise entre 40 % et 80 %.
  • Les fonds flexibles dynamiques, s’efforcent de s’exposer au maximum à la hausse des marchés et d’en supporter la baisse au minimum. Ils sont investis essentiellement en actions.
 

Mieux comprendre les fonds flexibles

source : Cyrus Conseil

 

Si les fonds flexibles proposent des objectifs séduisants, il convient de reconnaître que les performances de ces fonds ne sont pas toujours à la hauteur des attentes. La mise en œuvre d’une gestion flexible performante se révèle en effet une tâche particulièrement ardue. En conséquence, il convient d’être vigilant lorsqu’il s’agit de sélectionner un fonds flexible.

 

Idées de fonds – Les fonds flexibles

Source : BFM business

 

Choisir un fonds flexible prudent

Tous les fonds flexibles ne présentent pas le même degré de risque ni le même rendement. Seuls les fonds flexibles prudents, ceux dont le degré de risque présenté dans le DICI est inférieur ou égal à 3 (sur une échelle allant de 1 à 7) semblent pouvoir constituer une alternative aux fonds en euros.

 
Le DICI et le couple rendement-risque

Introduit par la directive UCITS IV en 2011, le Document d’information clé aux investisseurs est un document standardisé qui présente de manière succincte les caractéristiques d’un fonds. Il comprend 4 sections principales, dont une consacrée au profil rendement-risque. Ainsi, le SRRI (Standardized Risk-Return Index) donne une indication du niveau de risque qu’on peut attendre du fonds.

Le SRRI est calculé sur la base de données historiques de volatilité (écart-type mensuel sur les 5 dernières années) et est présenté sur une échelle de 1 à 7, où 1 reflète le niveau de risque le moins élevé (donc également le potentiel de performance le plus faible) et 7 est le niveau le plus risqué (avec un potentiel de performance plus élevé). Attention toutefois – ces données sont uniquement basées sur la volatilité passée et n’ont donc pas nécessairement de valeur prédictive.

Source : Morningstar

 

Les fonds prudents présentés appartiennent à aux catégories « Allocation flexible prudent Monde » et « Allocation flexible prudent Europe » définies par Quantalys. Par ailleurs, seuls ceux fréquemment présents dans les contrats d’assurance vie et analysés par Quantalys dans le cadre de son Observatoire de la gestion flexible sont retenus. Cela réduit le nombre des fonds à 8, présentés dans le tableau ci-dessous :

Fonds flexibles prudents – performances à 5 ans

 

Dernière mise à jour : 17 avril 2017

La catégorie de risque et de rendement affichée dans le DICI est susceptible d’évoluer dans le temps.

Cliquez sur le nom du fonds pour télécharger le DICI correspondant

 
Nom du fonds Rendement annualisé Risque Ratio de sortino Perte maximale Durée de détention minimale
AFER Patrimoine
FR0010094789
2,66 % 3,27 % 1,26 5,01 % 5 ans
Diamant bleu flexible part P
FR0010606178
0,93 % 4,10 % 0,30 9,21 % 4 ans
Echiquier Patrimoine
FR0010434019
3,00 % 2,46 % 1,89 5,92 % 2 ans
Epargne Patrimoine Part C
FR0010487512
5,28 % 4,63 % 1,73 9,56 % 4 ans
GF Fidélité Part P
FR0010113894
4,73 % 4,12 % 1,75 8,24 % 4 ans
M&G Optimal Income Funds Euro A-H
GB00B1VMCY93
4,97 % 3,39 % 2,35 6,35 % non précisé
RMA diversifié Vol 4 Part P
FR0010708925
3,37 % 4,03 % 1,26 8,03 % 3 ans
Seeyond Flexible MT Part R
FR0011188283
3,05 % 4,27 % 1,07 9,61 % 3 ans

notes : Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le risque mesure l’écart des performances hebdomadaires par rapport à leur moyenne sur la durée considérée.

Le ratio de Sortino ne s’intéresse qu’à la volatilité à la baisse, c’est-à-dire la « mauvaise » volatilité. Si le ratio de Sortino est négatif, le risque pris a été contre productif (il a engendré une performance négative). Pour un ratio de Sortino positif, plus le Sortino est élevé, plus le fonds est capable de créer de la performance en maîtrisant sa volatilité dans les périodes baissières.

La perte maximale ne correspond pas nécessairement à une perte réelle, sauf dans le cas d’un investisseur qui aurait eu la malchance d’acheter au plus haut et de vendre au plus bas sur la période analysée.

source : Quantalys – Observatoire de la gestion flexible

 

Deux fonds se distinguent dans ce comparatif, M&G Optimal Income Funds Euro A-H et Echiquier Patrimoine. Alors que le premier offre un rendement de l’ordre de 5 % avec un risque contenu, le second propose 3  avec un risque particulièrement bas. GF Fidélité et Epargne Ptrimoine affichent également un rendement intéressant , avec un risque et une perte maximale néanmoins supérieurs à M&G Optimal Income. Si ces fonds n’offrent aucune garantie en capital et que les performances passées ne présagent pas des performances futures, ils semblent constituer un complément intéressant pour les épargnants à la recherche d’un rendement supérieur à celui des fonds en euros. Ils peuvent même être considérés comme une alternative sérieuse sur longue période (plus de 5 ans).