Conseiller financier pour particuliers – Conseils de gestion

 

Un conseiller financier pour particuliers peut recouvrir plusieurs activités différentes : ce peut être le chargé de clientèle pour particuliers d’une banque, un courtier en crédits, un conseiller en investissements financiers, ou encore un conseiller en gestion de patrimoine.

Voici quelques éclaircissements pour que vous puissiez déterminer quel conseiller financier pour particuliers vous recherchez.

 

Le chargé de clientèle Particuliers : votre banquier

Le chargé de clientèle (pour) Particuliers d’une banque est le représentant de cette banque auprès des particuliers. Il est leur interlocuteur privilégié. C’est lui que vous appelez « votre banquier ».

Le chargé de clientèle Particuliers propose une large gamme de solutions d’épargne et de crédit. Il dispose d’un portefeuille de clients, dont il doit identifier les besoins afin de leur proposer le produit le mieux adapté.

Dès lors que votre chargé de clientèle Particuliers appartient à un établissement dont il est salarié, il doit suivre la politique de son employeur. Il doit notamment atteindre les objectifs commerciaux qui lui sont fixés. Crédits, épargne bancaire, assurances, forfaits mobile ou alarme domestique : votre chargé de clientèle Particuliers est payé pour vous équiper.

Votre banquier est un généraliste. Il vous proposera tous les types de produits, même si ce ne seront pas forcément les plus performants. Ses conseils seront un peu biaisés puisqu’il s’inscrit dans une logique commerciale. Il n’aura que peu de temps vous consacrer car il gère un portefeuille de plusieurs centaines de clients.

C’est pourtant vers lui que vous vous tournerez naturellement lorsque vous souhaiterez contracter un crédit ou placer votre argent. Pourquoi ? Parce qu’il a un accès direct à votre situation financière par l’intermédiaire de votre compte bancaire. Vous avez l’impression qu’il vous connaît.

Le chargé de clientèle Particuliers est adapté aux besoins simples et clairement identifiés. Dès lors que vos problématiques sont plus complexes, il est préférable de se tourner vers un professionnel plus spécialisé.

 

Le courtier en crédit : le spécialiste du crédit

Vous solliciterez un courtier en crédit lorsque vous aurez besoin d’un crédit, mais aussi lorsque vous souhaiterez renégocier les conditions de vos crédits et en modifier le taux et/ou la durée.

Le courtier en crédit négocie avec les banques et organismes financiers dont il est partenaire pour trouver les conditions de financement les mieux adaptées à ses clients.

Son activité ne se limite pas au crédit immobilier. Certains courtiers proposent également des crédits à la consommation, des prêts relais, voire des restructurations de crédits.

Votre banquier vous proposera les mêmes services qu’un courtier en crédit, mais ce dernier est plus spécialisé que votre banquier. À ce titre, vous pouvez attendre qu’il soit plus performant. C’est pour cela que contrairement à votre banquier, vous le rémunérerez.

Le courtier en crédit perçoit des honoraires ainsi qu’une commission sur le montant emprunté, qui lui est versée par l’organisme prêteur. Il est à noter qu’un courtier en crédits ne peut percevoir aucune rémunération avant que vous n’ayez accepté une offre de prêt de sa part. La loi MURCEF oblige ainsi les intermédiaires en opérations de banque à indiquer sur leurs communications la mention légale suivante : « Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent ».

Le courtier en crédits étant rémunéré sur les crédits qu’il obtient, il sera donc incité à rechercher une solution qui satisfasse ses clients. Est-ce pour autant la mieux adaptée ? Les clients bénéficient-ils d’une information fiable leur permettant de choisir de manière objective ? Tout dépendra du sérieux et du professionnalisme du courtier que vous solliciterez. Comment s’en assurer ? Difficile, dans la mesure où l’activité de courtier en crédits est relativement accessible.

 

Le conseiller en investissements financiers : des conseils pour vos placements financiers

Instauré par la loi du 1er août 2003, le statut de conseiller en investissements financiers (CIF) vise à renforcer la protection des investisseurs par un meilleur encadrement de cet acteur de la commercialisation des produits financiers. Tout CIF est ainsi soumis à un certain nombre d’obligations et d’interdictions, contrôlées par l’AMF.

Le CIF exerce à titre de profession habituelle :

  • le conseil en investissement (actions, obligations, actions de SICAV ou parts de FCP, instruments financiers à terme, etc.). Le conseil en investissement est défini comme le fait de fournir des recommandations personnalisées à un tiers.
  • le conseil portant sur la réalisation de services d’investissement (réception-transmission d’ordres pour le compte de tiers, exécution d’ordres pour le compte de tiers, gestion de portefeuille pour le compte de tiers, etc.).
  • le conseil portant sur la réalisation d’opérations sur biens divers (souscription de rente viagère, etc.).

Les Conseillers en Investissements Financiers sont les experts de l’épargne financière. C’est vers un CIF que vous vous tournerez si vous souhaitez bénéficier de conseils pour gérer vos avoir financiers (compte titres, PEA mais aussi assurance-vie, PERP…).

Le CIF peut être indépendant et n’être rémunéré que par des honoraires. Il peut aussi décider de percevoir des commissions sur les produits qu’il commercialise (comptes-titres, PEA, SCPI…). Ainsi, un CIF indépendant qui perçoit des commissions est tenu de les reverser à ses clients.

Tous les CIF sont tenus de respecter un processus strict qui vous garantit une prestation clairement définie, planifiée et tarifée. Par ailleurs, les CIF sont contrôlés régulièrement par leur association professionnelle et/ou par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

 

Le conseiller en gestion de patrimoine : un professionnel de moins en moins généraliste

Les conseillers en gestion de patrimoine disposent de multiples statuts : courtier en assurance, conseiller en investissements financiers (CIF), intermédiaire en opérations de banque (pour l’activité de crédit), carte T pour les transactions immobilières.

Le plus souvent, les CGP cumulent plusieurs de ces statuts. Ils peuvent donc présenter un profil plutôt généraliste, ou être spécialisés. Avant d’entrer en relation avec un CGP, mieux vaut donc se renseigner sur sa spécialité.

Les CGP sont rémunérés par honoraires ou par des commissions qu’ils perçoivent sur les produits qu’ils commercialisent.

Même s’ils captent plutôt des clients disposant d’une capacité d’épargne et/ou d’un patrimoine significatif, il n’existe pas de client-type du CGP car il n’existe plus de profil-type du CGP. Les exigences réglementaire toujours plus importantes rendent quasiment impossible la maîtrise de toutes les dimensions de la gestion de patrimoine et conduisent les CGP à se spécialiser ou à se regrouper.

 
 

Vous recherchez un conseiller en investissements financiers indépendant pour bénéficier de conseils pour vos placements financiers ?

Découvrez la gestion conseillée, une prestation sur mesure pour bien gérer vos placements financiers :

  • Formule Starter (119 euros) : création/optimisation de votre portefeuille
  • Formule Basic (119 euros + 10 euros par mois) : création/optimisation et suivi simple de votre portefeuille
  • Formule Premium (119 euros + 30 euros par mois) : création/optimisation et suivi renforcé de votre portefeuille

En savoir plus sur la gestion conseillée