Défi 6 % : 4 ans après, bilan et perspective – Le temps de la paresse est venu

par Arnaud Sylvain | Défi 6 %

01 Sep 2022

Le rendement est la rémunération du risque

Le Défi 6 % est une initiative pédagogique qui a débuté en juin 2018. Elle vise désormais à montrer qu’il est possible d’obtenir un rendement significativement supérieur à celui des placements sans risque à partir d’une stratégie simple de type Lazy Investing.

Qu’est-ce que le Défi 6 % ?

Le « Défi 6 % » est une initiative pédagogique qui vise à montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque.

Il s’agit de construire et de gérer un portefeuille au sein d’un contrat d’assurance vie avec l’objectif d’atteindre un rendement annuel moyen de l’ordre de 6 % tout en maintenant la volatilité sous le seul de 10 %.

Pourquoi 6 % ?

Parce que ce niveau de rendement est très supérieur à celui des placements sans risque et qu’il paraît tout à fait atteignable. À condition, bien entendu, d’accepter la prise de risque correspondante.

Cette prise de risque a été définie à partir du critère de volatilité. Il est prévu que le portefeuille atteigne un rendement de 6 % tout en affichant une volatilité inférieure ou égale à 10 %.

Un tel niveau de volatilité correspond à un SRRI de 4, soit un profil de type « équilibré ».

Echelle de risque SRRI

Ce niveau maximum de volatilité n’a pas été fixé par hasard. Il est historiquement cohérent avec l’objectif d’un rendement de 6 %.

L’allocation d’actifs devant permettre d’atteindre un rendement annuel moyen de 6 % sans dépasser une volatilité de 10 % (l’allocation cible) est la suivante :

Classe d’actifs Poids (en %)
Fonds en euros 10
Obligations Europe 10
Obligations Monde 10
Actions France 5
Actions Europe 15
Actions États-Unis 20
Actions Pacifique 5
Actions Pays émergents 5
Flexibles prudents 10
Flexibles 10
Portefeuille Défi 6 % 100

 

Afin que cette expérience soit la plus convaincante et la plus transparente possible, un contrat d’assurance vie a été souscrit en juin 2018 et alimenté par un premier versement de 4 000 euros. Des versements trimestriels d’un montant de 500 euros ont été mis en place, remplacés rapidement par des versements mensuels de 167 euros (167x3 = 501 euros par trimestre).

Il était initialement prévu que les versements reprennent la structure de l’allocation cible et que le portefeuille soit rééquilibré régulièrement pour coller à l’allocation de référence.

Cette initiative a débuté sur le site du Blog Patrimoine, où elle a donné lieu à des reporting mensuels. Elle se poursuivra désormais sur le site du Cabiner arnaud Sylvain

4 ans après, quelles sont les performances du Défi 6 % ?

Force est de constater que l’objectif de rendement de 6 % est loin d’avoir été atteint. À la date du 17 août 2022, le Défi 6 % affiche un rendement cumulé de 12 % qui correspond à un rendement annuel moyen de 2,8 %.

C:\Users\Arno\Desktop\Défi 6\Bilan Defi 6.png

Comment expliquer un tel écart ? Pourquoi de si piètres performances ?

Cet écart s’explique très largement par une prise de risque insuffisante. Alors que le portefeuille pouvait tolérer jusqu’à 10 % de volatilité, le Défi 6 % affiche une volatilité de 5,40 %.

Comme rendement et risque sont positivement liés (les placements qui délivrent les rendements les plus élevés sont les plus risqués), il est normal que cette volatilité inférieure à la cible s’accompagne d’un rendement lui aussi inférieur à la cible.

Lire cette vidéo sur YouTube.
Information importante : Si vous cliquez pour lire cette vidéo, alors Youtube installera des cookies sur votre ordinateur.

Plus précisément, l’objectif de rendement n’a pas été atteint parce que les arbitrages effectués depuis 4 ans ont écarté le portefeuille de son allocation cible.

Si l’allocation cible avait été maintenue sur l’ensemble de la période, l’objectif de rendement serait largement atteignable.

C’est ce que montre le graphique ci-dessous qui présente ce qu’aurait été le Défi 6 % s’il avait respecté les hypothèses initiales et en l’absence d’arbitrages discrétionnaires :

  • Un versement initial et des versements réguliers répartis selon l’allocation cible.
  • Un rééquilibrage régulier (à la date anniversaire du portefeuille) pour coller l’allocation de référence.
Défi 6 % : Portefeuille cible

La performance cumulée de l’allocation de référence atteint 18,95 %, soit 4,3 % en moyenne par an. L’objectif d’un rendement annuel moyen semble accessible puisqu’il a été régulièrement dépassé depuis 4 ans et qu’il était encore atteint en début d’année.

L’allocation cible montre donc toute sa pertinence, d’autant plus que les fonds de l’allocation de référence ne sont pas les meilleurs de leur catégorie. Les notes attribuées à ces fonds par Quantalys (au 17 août 2022) en témoignent. C’est ce qui peut expliquer que la volatilité du portefeuille dépasse légèrement la limite de 10 %.

Défi 6 % : Notes des fonds - allocation cible

Les leçons de l’expérience

La comparaison du Défi 6 % et de son allocation de référence permet de tirer des enseignements précieux de cet exercice :

Il est possible d’atteindre un couple rendement-risque donné en collant à une allocation de référence et en procédant uniquement à des rééquilibrages réguliers.

C’est ce que montre le portefeuille répliquant l’allocation de référence sur l’ensemble de la période.

Cela tend à valider une stratégie de type Lazy Investing reposant sur le seul rééquilibrage régulier d’une allocation stratégique de long terme.

Il n’est pas nécessaire de gérer son portefeuille activement pour atteindre ses objectifs.

Il est primordial que le couple rendement risque de référence soit cohérent avec le profil de l’investisseur.

L’objectif de rendement et la volatilité associés ont été fixés de manière arbitraire, sans tenir compte des préférences du souscripteur du contrat (Arnaud Sylvain, votre conseiller financier indépendant).

Or, ce couple n’est pas complètement adapté, comme en témoignent les nombreux arbitrages qui ont été effectués et qui cherchaient à réduire la volatilité du portefeuille.

Lorsque le couple rendement risque de référence n’est pas cohérent avec le profil de l’investisseur, il y a peu de chances qu’il soit atteint.

Si vous souhaitez une allocation correctement calibrée et tenant compte de votre profil de risque, de votre horizon temporel et de vos objectifs, pensez à la gestion conseillée.

Ne rien faire n’est pas si facile

Si je m’étais tenu à la feuille de route initiale, si j’avais collé à l’allocation de référence et que je m’étais contenté d’un simple rééquilibrage annuel, j’aurais obtenu un rendement supérieur et je pourrais envisager sérieusement d’atteindre l’objectif d’un rendement annuel moyen de 6 %.

Mais pourquoi me suis-je senti obligé d’intervenir ?

Parce que j’ai douté. J’ai douté de l’allocation de référence et c’est pour cela que j’ai voulu la modifier.

Pour accepter une approche de type Lazy Investing où vous n’intervenez pas (ou peu), il faut absolument que vous ayez confiance dans votre allocation cible et qu’elle soit correctement calibrée.

Il faut que vous soyez conscient de l’objectif de long terme que vous voulez atteindre et que vous puissiez tolérer les pertes de court-moyen terme que cela pourrait impliquer. un professionnel peut vous y aider.

L’allocation ne fait pas tout. La qualité des fonds importe également

Les fonds retenus pour l’allocation de référence sont pour la plupart de faible qualité et sous-performent leur indice de référence. Nul doute qu’une allocation de référence construite avec des ETF aurait permis d’en améliorer les performances.

Et maintenant ? Le Défi 6 % devient paresseux

  • L’initiative n’a pas (encore) atteint son objectif initial, qui était de montrer qu’une prise de risque mesurée permettait d’obtenir un rendement significativement supérieur à celui des placements sans risque.
  • Le portefeuille actuel est trop prudent pour espérer un rendement annuel moyen de 6 %.
  • L’objectif semble néanmoins pouvoir être atteint en collant à l’allocation de référence et en améliorant la qualité des fonds.

Par conséquent, malgré des résultats décevants, j’ai décidé de prolonger l’initiative et de maintenir le même objectif :

Atteindre un rendement annuel moyen de 6 % avec une volatilité contenue (10 % maximum).

Comment ?

En adoptant une approche de type Lazy investing à partir d’une allocation de référence renouvelée.

L’objectif est de passer à une allocation de référence avec peu de fonds mais de qualité, plus simple à maintenir et compatible avec des versements mensuels. Le contrat d’assurance vie qui accueille le Défi 6 % fixe en effet un montant minimum de versement de 25 euros pour chaque fonds. Il serait possible de repasser à des versements trimestriels pour contourner cette limite de 25 euros mais je préfère simplifier l’allocation cible et conserver des versements mensuels.

Les arbitrages discrétionnaire seront stoppés et le portefeuille sera rééquilibré une fois par an. Toute l’allocation cible, rien que l’allocation cible.

« Une règle d’or : faire peu de choses » (Henri de Montherland)

Quand la nouvelle stratégie sera-t-elle déployée ?

Dès que le Défi 6 % rejoindra l’allocation de référence, ce qui implique une baisse des marchés que j’anticipe d’ici la fin de l’année.

C:\Users\Arno\Desktop\Défi 6\Comparaison cible portefeuille.png

Si la baisse ne se produisait pas, la nouvelle stratégie serait déployée quoi qu’il en soit début 2023.

Un reporting mensuel vous sera désormais proposé sur le site du Cabinet arnaud Sylvain.

Ceux qui sont intéressés pourront déjà trouver les reporting des mois précédents.

À suivre.

Conseiller financier indépendant
Titulaire d'un master en gestion de patrimoine et docteur en économie.

En savoir plus