Menu

Déflation : la zone euro vers l’implosion ?

Economie

Juin 08

La deflation menace de faire imploser la zone euro

L’alternative pour la zone Euro n’est pas uniquement entre une intégration poussée s’accompagnant de transferts de souveraineté ou une désintégration. Une troisième voie existe. Elle commence par une déflation et mène à l’implosion.


Sommaire


La déflation, diminution générale et durable des prix

La déflation correspond à une diminution générale et durable des prix, c’est une inflation négative. Une baisse des prix n’est pas forcément une mauvaise nouvelle puisqu’elle augmente le pouvoir d’achat. Les prix baissent, il est donc possible d’acheter plus. Mais la déflation est à craindre parce qu’elle peut provoquer une spirale déflationniste menant à une récession prolongée de l’économie.

Le risque d’une spirale déflationniste et d’une paralysie de l’économie

Lorsque la demande est si faible qu’elle conduit à des baisses de prix, les entreprises cherchent à les compenser par une réduction de leurs capacités ou de leur masse salariale. Il en découle donc une nouvelle baisse de la demande (investissement des entreprises ou consommation des ménages) qui alimente encore la baisse des prix.

Cette spirale affecte plus particulièrement les agents (ménages ou entreprises) endettés : le poids de leur dette s’accroît mécaniquement puisque leurs revenus diminuent. Par ailleurs, la déflation freine tout nouvel endettement : pourquoi acheter maintenant un bien dont le prix diminuera ?

L’absence de nouveaux crédits et l’étranglement des agents endettés paralysent alors l’économie. Si rien n’est fait, l’économie s’enlise. Connaît-on les remèdes à la déflation ? En théorie, certainement. En pratique, rien n’est mois sûr. Au Japon, la déflation aura duré 20 ans. Et il n’est pas garanti que les mesures récentes de relance budgétaire et de création monétaire massives ne se révèlent finalement pas pires que le mal.

Zone euro : Straight to Hell ?

Les politiques d’austérité menées dans la zone euro visent à rétablir la compétitivité des pays en procédant à des dévaluations internes. Elles sont la seule alternative, puisque les dirigeants de la zone euro refusent de choisir entre l’éclatement de la zone euro et une intégration plus poussée, qui remettraient les politiques budgétaire et monétaire au même niveau :

  • L’éclatement de la zone euro conduirait à un retour des politiques monétaires nationales et à la possibilité de dévaluations ;
  • Une intégration impliquerait en revanche des transferts de souveraineté et l’élaboration d’une politique budgétaire au niveau de la zone euro.

Or les politiques d’austérité menées dans la zone euro freinent la croissance et cassent la demande. Le risque est alors que la demande devienne si faible qu’une déflation s’enclenche.

Ce risque est d’autant plus à prendre au sérieux que les politiques d’austérité se généralisent au sein de la zone euro. Et s’il est possible de sacrifier son marché intérieur pour gagner en compétitivité lorsque la demande extérieure est forte (ce qu’à fait l’Allemagne au cours des années 2000), cela devient suicidaire si la demande de vos partenaires diminue parce qu’ils mènent eux aussi des politiques d’austérité.

Si les dirigeants de la zone euro s’obstinent à ne pas choisir entre intégration ou désintégration, ils devront piloter finement les politiques d’austérité afin d’éviter une situation de déflation. Pas si simple.

La déflation en vidéo

Retrouvez ci-dessous une vidéo très claire et pédagogique proposée par l’AFP, sur les causes et les conséquences de la déflation.