La gestion libre (de vos placements financiers)

La gestion libre est un mode de gestion d’un portefeuille financier, qu’il s’agisse d’une assurance vie, compte titres, d’un PEA, d’un contrat de capitalisation. Les autres modes de gestion sont la gestion conseillée et la gestion sous mandat.

La gestion libre, qu’est-ce que c’est ?

La gestion libre permet aux épargnants de choisir librement les produits (actions, obligations, OPC, etc.) sur lesquels ils souhaitent investir et dans quelles proportions. Ainsi, avec un contrat d’assurance vie multisupports, vous pouvez investir dans un fonds en euros (à capital garanti) et dans des unités de compte (à capital non garanti).

Si vous décidez de gérer librement votre contrat, vous devrez d’abord choisir le montant que vous allouerez au fonds en euros et aux unités de comptes. Plus vous serez disposé à prendre des risques, plus la part du fonds en euros sera réduite. À l’inverse, plus vous rechercherez la sécurité, plus le poids du fonds en euros sera important.

Vous devrez ensuite décider de la répartition de vos unités de compte. Allez-vous privilégier les actions, les obligations, l’immobilier ou encore les matières premières ? Dans quelles proportions ?

Enfin, il vous appartiendra de faire évoluer votre portefeuille au cours du temps pour profiter des opportunités ou anticiper les épisodes de turbulences sur les marchés financiers.
Avec la gestion libre, c’est vous qui décidez seul du degré de risque et du rendement (espéré) de vos placements financiers.

Les outils de la gestion libre

La gestion libre de votre contrat au cours du temps s’effectuera au travers de versements et d’arbitrages.

Outre votre versement initial, vous pourrez également procéder à des versements ponctuels ou réguliers. Avec la gestion libre, vous déterminerez la composition de tous ces versements.

En plus de ces versements, vous pourrez recourir à des arbitrages. L’arbitrage consiste à désinvestir un support pour réinvestir dans un (ou plusieurs) autres. Ces arbitrages peuvent être manuels et ponctuels, mais ils peuvent aussi être automatiques.

Les options d’arbitrage automatique sont des dispositifs qui déclenchent des arbitrages quand une condition de temps ou de variation d’une valeur est remplie, sans intervention de l’épargnant. Ces options d’arbitrage automatique sont présentes au sein de certains contrats d’assurance vie, de capitalisation ou de PEA. Il en existe plusieurs, plus ou moins complexes, et différentes selon les enveloppes. Les options les plus fréquentes sont les suivantes :

La limitation des pertes (« stop loss »)

Cette option vise à se prémunir d’une baisse trop importante d’une unité de compte en fixant à l’avance un seuil de vente. Quand cette baisse est constatée (par exemple -10 %), un arbitrage de la totalité du support est alors réalisé vers un fonds de sécurisation préalablement défini.

Deux types de « stop loss » existent :

  • Le « stop loss » absolu se déclenche lorsque le capital investi baisse. Quand la limite acceptée par l’épargnant est atteinte (par exemple -10 %), un arbitrage automatique est effectué. Le « stop loss » absolu se calcule donc par rapport au capital initialement investi.
  • Le « stop loss » relatif se déclenche lorsqu’une baisse est constatée par rapport au plus haut niveau de valorisation atteint. Le « stop loss » relatif se calcule par rapport au plus haut historique.

Ainsi, pour un investissement de 100 euros, devenu 110 euros puis ayant diminué, le « stop loss » relatif fixé à -10 %, se déclenche quand la baisse atteint 99 euros. Dans le cas d’un « stop loss » absolu, le déclenchement sera réalisé à 90 euros.

L’investissement progressif

Cette option permet de transférer régulièrement, à un rythme mensuel, trimestriel ou annuel, une part du capital placé sur un fonds en euros vers un ou plusieurs supports en unités de compte. L’investissement progressif permet ainsi d’éviter d’investir tout son capital au plus haut et de lisser des investissements dans le temps. C’est une diversification temporelle.

La sécurisation des plus-values

Cette option permet de transférer automatiquement les gains réalisés (la plus-value) sur un support en unités de compte vers un fonds prudent (fonds en euros ou assimilé) et ainsi de sécuriser ces gains.

La dynamisation des plus-values

L’option de dynamisation des plus-values vise à transférer automatiquement la rémunération annuelle reçue sur un fonds en euros vers des supports plus dynamiques que sont les unités de compte. Ainsi, le montant placé en fonds euros est maintenu à son niveau, le surplus annuel étant investi sur des unités de compte.

Le rééquilibrage automatique

Le rééquilibrage automatique maintient une proportion préalablement définie entre différents fonds d’investissement.

Avec les fluctuations des marchés, un investissement en unités de compte peut évoluer à la hausse ou à la baisse et ne plus représenter la même part que celle souhaitée dans un portefeuille. Le rééquilibrage automatique effectuera les arbitrages nécessaires pour revenir à la répartition cible.

A qui s’adresse la gestion libre ?

Si vous avez opté pour un contrat d’assurance vie monosupport, la question ne se pose pas puisque vous ne pouvez investir que sur un seul support.

En revanche, si vous avez ouvert un contrat multisupports (assurance vie ou contrat de capitalisation), un PEA ou un compte titres, votre placement va impliquer un suivi régulier et une allocation d’actifs dynamique. Cette dernière devra se faire en fonction du comportement des marchés (actions, obligations, immobilier…), mais aussi en fonction de l’évolution de vos projets de vie.

La gestion libre vous conviendra si vous avez déjà un socle de connaissances financières, et que vous êtes autonome dans la sélection de vos supports d’investissement et les arbitrages éventuels.

Avec la gestion libre, vous devez être capable d’ajuster le niveau de risque de votre portefeuille à votre tolérance au risque, à vos objectifs et à votre horizon temporel.

Outre de bonnes connaissances financières, la gestion libre exige du temps pour suivre régulièrement vos placements et être capable de réagir face aux menaces et aux opportunités afin de procéder aux bons arbitrages aux bons moments.

Les limites de ce type de gestion

La gestion libre conviendra aux épargnants et aux investisseurs qui sauront bien choisir leurs unités de compte. Ceux qui n’en seront pas capables seront libres, mais surtout libres de faire n’importe quoi.

Or, bien choisir ses unités de compte est difficile. Cela demande de mettre en place une stratégie exigeante :

  • Évaluer son profil de risque, son horizon temporel et ses objectifs
  • Définir le couple rendement risque correspondant
  • Construire un portefeuille cible compatible avec ce couple de référence
  • Suivre et arbitrer ses placements en fonction de ce portefeuille cible de l’état des marchés

Il ne suffit pas de disposer des bons outils pour être performant. Il faut aussi savoir les utiliser.

Vous ne pouvez pas déployer une stratégie de gestion libre efficace mais vous souhaitez quand même garder la main sur vos placements ? La gestion conseillée est faite pour vous. Elle vous accompagne dans la mise en place d’une stratégie efficace, tout en vous laissant libre de la déployer.