Quels sont les avantages d’une assurance vie ?

par Arnaud Sylvain | Assurance-vie

15 Déc 2021

Quels sont les avantages dune assurance vie ?

L’assurance vie est le placement préféré des Français. Découvrez pourquoi.

 


Sommaire


 

Vous souhaitez être accompagné dans la gestion et le suivi
de vos placements financiers ?

contactez
le cabinet arnaud Sylvain

 

L’assurance vie est un placement incontournable qui peut répondre à de nombreux besoins. C’est un outil de transmission qui bénéficie d’une fiscalité plutôt avantageuse mais c’est aussi la possibilité d’ajuster finement le rendement et le risque de ses placements. Il conviendra donc aux investisseurs les plus prudents comme aux plus audacieux.

Une fiscalité favorable

Les gains de l’assurance vie ne sont imposés qu’au moment des rachats ou de la clôture du contrat, lorsque les sommes sortent du contrat. Contrairement à un compte titres où les plus-values sont taxées l’année de leur réalisation, ces plus-values peuvent être capitalisées sans subir de taxation.

Les gains ne sont donc imposables qu’en cas de rachat ou de clôture du contrat. Depuis la mise en place de la Flat Tax, ils sont imposés à un taux forfaitaire de 12,8 % ou de 7,5 % si le contrat a plus de 8 ans (et pour sa fraction inférieure à 150 000 euros). Les produits afférents à des versements effectués avant le 27 septembre 2017 restent néanmoins imposés selon le régime applicable avant 2018. sachez par ailleurs qu’il est possible d’opter pour une taxation au barème de l’impôt sur le revenu et de renoncer au taux forfaitaire de 12,8 % ou 7,5 %.

Par ailleurs, les gains issus des contrats de plus de 8 ans bénéficient d’un abattement annuel de 4 600 euros (9 200 euros pour un couple soumis à imposition commune).

Les gains d’un contrat d’assurance vie sont également soumis aux prélèvements sociaux, à un taux de 17,2 %. Ils sont prélevés chaque année pour le support en euros, et uniquement lors des rachats ou de la clôture du contrat pour les unités de compte.

L’existence d’un taux forfaitaire permet de limiter la taxation des gains issus des contrats d’assurance vie à 30 % (12,8 % + 17,2 %), soit un taux nettement inférieur à celui des placements qui ne peuvent bénéficier de la Flat Tax. Les placements immobiliers détenus en direct sont ainsi soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux, soit un taux qui peut atteindre 45 % + 17,2 % = 62,5 %.

Vidéo : La fiscalité de l’assurance vie

Lire cette vidéo sur YouTube.

Un outil de transmission unique

La clause bénéficiaire du contrat d’assurance vie permet de désigner un ou plusieurs bénéficiaires du capital en cas de décès de l’assuré (qui est aussi le plus souvent le souscripteur). Ils bénéficieront d’une fiscalité particulièrement avantageuse grâce au régime successoral dérogatoire de l’assurance vie.

Au décès de l’assuré, le capital versé au bénéficiaire du contrat d’assurance vie ne fait pas partie civilement de la succession du défunt. Le capital n’est donc pas soumis aux droits de succession mais imposé selon un barème spécifique indépendant du lien de parenté. N’oubliez pas de désigner un ou plusieurs bénéficiaires car sinon, le capital entrera dans l’actif successoral et sera soumis aux droits de succession.

Lorsque les bénéficiaires ne sont pas fiscalement exonérés (les bénéficiaires exonérés sont le conjoint ou le partenaire de Pacs, certains organismes sans but lucratif et sous certaines conditions, les frères et sœurs), les règles suivantes s’appliquent :

  • Les primes versées par l’assuré après ses 70 ans sont imposées aux droits de succession après abattement de 30 500 euros. Pour apprécier ce seuil de 30 500 euros, l’ensemble des contrats souscrits sur la tête d’un même assuré est pris en compte.
  • Les primes versées avant 70 ans et les produits générés sont soumis à un prélèvement forfaitaire de 20 % après un abattement de 152 500 euros (par bénéficiaire et pour l’ensemble des contrats souscrits sur la tête d’un même assuré). Pour le capital au-delà de 700 000 euros après abattement (soit pour la fraction du capital transmis supérieure à 852 500 euros), le taux forfaitaire est porté à 31,25 %. Ces taux forfaitaires peuvent être comparés au taux de 60 % applicable pour les transmissions et donations entre personnes non parentes.

Quelques exceptions existent en fonction de la date de souscription du contrat, de la date de versement des primes et de l’âge de l’assuré au moment de ce versement. Elles sont synthétisées dans le tableau ci-dessous.

C:\Users\Arno\Desktop\fiscalité successorale assurance vie.png
source : Les Echos

L’assurance vie, c’est aussi une souplesse d’utilisation appréciable

Le contrat d’assurance vie se distingue également par sa souplesse d’utilisation.

Le versement initial peut être complété par des versements complémentaires, réguliers ou non. Il est également possible de clore un contrat ou d’effectuer des retraits à tout moment. Par ailleurs, il est parfois possible de disposer d’une avance sur son contrat.

Ainsi, contrairement au PER qui impose un blocage des sommes investies, celles-ci sont disponibles à tout moment avec un contrat d’assurance vie.

L’avance en assurance vie

Qu’est-ce qu’une avance ?

L’avance est un prêt. En cas de besoin temporaire de liquidités, le souscripteur d’un contrat d’assurance vie peut demander à la compagnie d’assurances de lui avancer le montant nécessaire. Le montant de l’avance correspond à une fraction de la valeur du contrat d’assurance vie et ne peut dépasser une part fixée dans les conditions générales (et différente selon les compagnies et les contrats).

Comme l’avance est un prêt, la valeur de rachat du contrat est inchangée et n’est pas diminuée du montant de l’avance. L’avance ne modifie pas non plus l’allocation d’actifs.

L’avance peut ainsi éviter la souscription d’un crédit, d’autant plus que l’épargnant n’aura pas besoin de prouver sa solvabilité ni de souscrire une assurance décès invalidité.

Quel est le taux de l’avance ?

Le taux d’intérêt appliqué à l’avance est déterminé au début de chaque année civile pour l’année en cours. Il est au moins égal au rendement du fonds en euros de l’année précédente majoré de 1 ou 2 points.

Ce taux est élevé comparativement à un crédit à la consommation mais son coût pourra être réduit pas la rémunération que procureront les sommes laissées en contrepartie sur le contrat d’assurance vie. Attention néanmoins, si le contrat subit des moins-values, cela accroîtra le coût de l’avance.

Quelle est la durée d’une avance ?

Une avance est généralement accordée pour une durée de trois ans, renouvelable deux fois. Ce délai peut cependant dépendre du type de contrat.

Rachat ou avance ?

Lors d’un rachat, le souscripteur doit s’acquitter de l’impôt et des prélèvements sociaux éventuels. La valeur du contrat est diminuée mais le souscripteur n’a contracté aucune dette.

En cas d’avance, le contrat n’est pas modifié et le souscripteur bénéficie d’un prêt de l’assureur. L’avance n’est pas imposable puisqu’il s’agit d’une somme prêtée et destinée à être remboursée.

Il convient par ailleurs de souligner l’aspect quelque peu spéculatif de la démarche qui pourra rebuter les plus prudents. L’avance revient en effet à emprunter une somme (à un taux fixe) pour la placer (généralement à un taux variable et incertain). Est-ce intéressant ? Tout dépendra du rendement de la somme placée mais quoi qu’il en soit, c’est un pari.

La possibilité de faire fructifier son capital avec un rendement et un risque sur mesure

Les contrats d’assurance vie sont désormais multisupports et proposent des supports en unités de compte. Ces unités de compte sont des supports plus ou moins risqués qui permettent d’investir dans différentes classes d’actifs (actions, obligations, immobilier, matières premières…) de différentes zones (France, Europe, États-Unis, Asie Pacifique…).

Dès lors que les supports en unités de compte sont suffisamment nombreux et variés au sein d’un contrat, il est possible de les combiner (entre elles et avec un support en euros) pour obtenir à peu près n’importe quel niveau de rendement souhaité.

Cette possibilité d’ajuster le rendement attendu du portefeuille et son niveau de risque est particulièrement bienvenue. En effet, vous n’investirez pas de la même façon selon que vous êtes prudent ou audacieux, que vous placez pour 5 ans ou pour 20 ans, ou que vous souhaitez protéger la valeur de votre patrimoine ou obtenir des revenus complémentaires.

N’ayez plus peur des unités de compte : Le rendement de vos placements et leur niveau de risque dépendent de votre sensibilité au risque, de votre horizon temporel et de vos objectifs. Grâce à la richesse de ses supports et aux multiples combinaisons qui en découlent, l’assurance vie pourra convenir à tout type d’épargnant. Si vous souhaitez estimer l’évolution de la valeur de votre contrat d’assurance vie en fonction de son rendement, vous pouvez utiliser ce simulateur.

Tous les contrats d’assurance vie possèdent une fiscalité avantageuse, une transmission fiscalement allégée, et une souplesse d’utilisation. En revanche, ils ne permettent pas tous d’ajuster finement le couple rendement risque de votre contrat. Il est donc important de bien choisir votre contrat d’assurance vie.

Au-delà du choix, il faudra aussi qu’il soit bien géré. C’est une tâche exigeante et qui nécessite des compétences spécifiques. N’hésitez donc pas à faire appel à un professionnel.

Vidéo : Les avantages de l’assurance vie

Lire cette vidéo sur YouTube.

Conseiller financier indépendant
Titulaire d'un master en gestion de patrimoine et docteur en économie.

En savoir plus