Menu

Placer son argent : évitez les pièges !

Finances personnelles

Mai 15

Comment bien placer votre argent ?

Immobilier, Bourse … Faire fructifier son argent, ce n’est pas seulement investir sur un produit à forte rentabilité. D’autres critères doivent également être pris en compte pour éviter les mauvaises surprises : découvrez lesquels.

Si vous souhaitez bien placer votre argent, vous devrez suivre ces 5 étapes :

1 – Bien déterminer l’horizon de votre placement : court, moyen ou long terme ?

Il n’est jamais agréable d’avoir besoin de son argent alors que vous l’avez investi dans l’immobilier ou dans des actions qui ont fortement baissé. La première étape consiste à déterminer l’horizon de votre placement : en fonction des objectifs poursuivis, votre épargne devra être plus ou moins disponible et sera immobilisée plus ou moins longtemps.

Ainsi, le support choisi ne sera pas le même selon que vous déciderez de vous constituer une épargne de précaution ou d’épargner pour votre retraite. Alors que vous privilégierez la disponibilité dans le premier cas, la performance globale sera un critère essentiel pour le second.

L’horizon de votre placement (court, moyen, ou long terme) influera sur les supports recommandés. Plus il sera réduit, plus la sécurité et la disponibilité de votre placement devront être importantes. En conséquence, les produits les plus risqués et les plus rentables sont réservés à des placements de long terme (10 ans et plus). Par ailleurs, vous devrez vous constituer une épargne de court terme avant une épargne de moyen terme, qui précédera elle-même votre épargne de long terme. Pour en savoir plus sur les 3 temps de l’épargne, vous pouvez consulter l’article suivant, Baisse du rendement des fonds en euros (1/2) : le temps de l’épargne

L’horizon de vos placements

source : lafinancepourtous.com

Pourquoi la détermination de l’horizon temporel représente-t-elle la première étape ? Parce que vous n’avez pas besoin de poursuivre si vous souhaitez vous constituer une épargne de court terme. Le livret A et le super-livret représentent votre horizon indépassable. Saurez-vous choisir entre les deux ?

2 – Bien apprécier votre sensibilité au risque : êtes-vous plutôt prudent, dynamique, audacieux ?

Si votre horizon temporel (moyen ou long terme) vous autorise à prendre des risques, ceux-ci doivent être cohérents avec votre sensibilité au risque. N’allez pas investir dans un produit à forte rentabilité si la seule idée d’une perte en capital vous est insupportable (n’oubliez jamais que plus le rendement est élevé, plus le risque l’est également).


Comment évaluez votre profil de risque ? en répondant au questionnaire ci-dessous et en le renvoyant par e-mail au Cabinet arnaud Sylvain (contact@arnaudsylvain.fr). Vous recevrez en retour une évaluation de votre sensibilité au risque.

Questionnaire – profil de risque (source: Big Expert – Harvest)


Alors que les profils les plus prudents seront réticents à toute baisse de la valeur de leur placement et s’orienteront vers des supports à faible variabilité, les profils dynamiques accepteront d’investir sur des supports plus volatiles. Le risque sera élevé, mais l’espérance de rendement aussi.

Cependant, même les plus audacieux devront être vigilants. Ainsi, ils se détourneront des placements atypiques aux promesses de rendement anormalement élevées. Trop d’épargnants se sont laissés tenter et ont tout perdu.

Les placements atypiques sont-ils risqués ?

source : AMF – Autorité des Marchés Financiers

3 – Bien calibrer le montant de votre épargne : combien et quand ?

Après avoir défini l’horizon de votre placement et votre sensibilité au risque, vous devrez fixer le montant et la périodicité des sommes que vous désirez épargner.

Le montant de votre épargne doit être suffisant pour atteindre vos objectifs. Il ne doit cependant pas être trop ambitieux, sous peine de se révéler intenable et potentiellement lourd de conséquences. Trop d’investisseurs immobiliers se sont engagés dans des opérations de défiscalisation surdimensionnées. Ils ont alors été contraints de réduire leur train de vie parce qu’ils ne pouvaient vendre leur bien sans perdre les avantages associés. Fourmi, oui. Mais pas trop.

Concernant la périodicité de l’épargne, les investisseurs qui se dirigent vers des placements financiers opteront pour des versements périodiques. Cela leur permettra de lisser leur épargne et d’en décorréler le montant des fluctuations des marchés financiers.

4 – Bien diversifier vos produits : un peu de tout plutôt que tout en un

Quatrième étape, le choix des supports sur lesquels investir votre épargne. En fonction des étape précédentes, différents produits s’offrent à vous. Comment choisir ? En fonction de vos préférences, mais aussi en suivant un principe incontournable : la diversification.

Même si vous disposez déjà d’une épargne de court et de moyen terme, n’investissez pas toute votre épargne de long terme sur un seul bien immobilier ou uniquement dans des produits financiers.

N’hésitez pas à investir simultanément dans l’immobilier et sur les marchés financiers pour diversifier les risques. Si votre capacité d’épargne est trop limitée pour acquérir un bien immobilier, pensez à la pierre-papier. Les SCPI de rendement ou les SCPI fiscales vous permettent d’investir dans l’immobilier à partir de montants relativement faibles.

Lorsque vous investissez sur les marchés financiers, diversifiez également. Privilégiez les OPCVM aux titres vifs et choisissez-en de plusieurs types.

Diversifiez aussi vos investissements immobiliers. Ne choisissez pas un bien unique mais plusieurs plus petits. De même, combinez location nue et location meublée si vous le pouvez.

La diversification de votre épargne

source : lafinancepourtous.com

Et le rendement de chacun de vos placements, est-ce un critère ? Oui, ce rendement individuel sera la dimension à retenir lorsque vous comparerez entre eux des produits financiers ou des biens immobiliers. Mais il ne sera pas le critère qui vous fera choisir entre deux types d’investissement. Mieux vaut investir dans tous les (grands) types de produits plutôt que dans un seul produit parce que son rendement sera le plus élevé. Pourquoi ? Parce que les rendements et leur hiérarchie évoluent dans le temps. Plus que le rendement de chaque produit, vous devrez vous intéresser au rendement global de l’ensemble des produits

5 – Bien suivre vos placements

Quels que soient les investissements que vous réaliserez, vous devrez les suivre attentivement. Leurs rendements et leurs risques se modifieront au cours du temps, vous devrez donc procéder à des arbitrages afin de maintenir la performance globale de vos placements.

Par ailleurs, vous devrez faire évoluer vos placements en fonction de votre cycle de vie et de l’horizon de vos placements. Si vous pouvez prendre des risques lorsque vous disposez d’un horizon conséquent, vous devez réduire ces risques à mesure que l’horizon se réduit. Contrôlez vos placements pour éviter qu’ils ne vous contrôlent. Si vous n’y parvenez pas, faites-vous accompagner.

Bien placer son argent n’est pas une décision statique et unique. Le meilleur placement (celui qui vous correspond) ne le reste jamais éternellement. Au-delà de la simple rentabilité, un placement réussi nécessite de s’interroger sur ses motivations et ses objectifs. Il doit ensuite être suivi et adapté aux modification de l’environnement et en fonction de l’horizon temporel de l’épargnant/investisseur.